Rivière-du-Loup

Blogue

Rivière-du-Loup en 5 points surprenants

Image auteur

Par Anne-Josée Pineau

Québec Maritime

Le Québec Maritime nous propose de visiter Rivière-du-Loup, dans le Bas-Saint-Laurent, en 5 points surprenants.

Situés en bord de mer, au Bas-Saint-Laurent, Rivière-du-Loup et ses alentours forment une destination où nature, culture et histoire s’amalgament habilement, vous garantissant ainsi un séjour mémorable. Vous souhaitez découvrir la région lors de vos prochaines vacances? Voici 5 éléments qui sauront vous surprendre.

1. C’est le seul point de départ de la région pour l’observation des baleines


De juin à septembre, montez à bord du AML Levant des Croisières AML pour partir à la rencontre des baleines dans le parc marin du Saguenay – Saint-Laurent. Pendant 3 h 30, vous aurez la chance d’observer plusieurs espèces, dont le rorqual à bosse, le petit rorqual, le marsouin et le rorqual bleu. Sans compter les nombreux phoques et oiseaux marins! Prêtez une attention particulière au guide-naturaliste; il vous livrera une foule d’informations sur les mammifères marins bien sûr, mais aussi sur l’histoire de la région, sur les îles du Saint-Laurent et sur les phares ancestraux.
 

2. Le plus vieux phare du Saint-Laurent se trouve sur l’île Verte


Construit en 1809, le phare de l’île Verte est en effet le tout premier érigé au Québec! Visitez la cabane du criard et la cabane à l’huile pour tout connaître de son histoire et de ses différents gardiens. Puis, accédez au sommet du phare, haut de 17 m, pour une vue imprenable à 360 degrés sur les alentours. Pendant votre ascension vers la lanterne, un guide vous racontera une foule d’anecdotes sur sa construction. Pour vivre une expérience unique en son genre, passez la nuit dans la maison du gardien ou de l’assistant-gardien. On y trouve 9 chambres dont les noms évoquent le passé du phare, ainsi qu’une salle à manger où vous pourrez déguster votre petit-déjeuner tout en admirant le paysage.

 

Voir les 3 autres points

 

Photos : Nicolas Gagnao, Catherine Dubé, Paul Pelletier

COMMENTAIRES