Rivière-du-Loup

Blogue

4X4 à Saint-Cyprien. Jeep et boue.

Image auteur

Par Marie-Ève Ouellet

Agente de développement

Voici mon expérience au 4X4 à Saint-Cyprien le 15 juin dernier. comme plusieurs d'entre vous le savent, je suis résidente de Saint-Cyprien et MEA CULPA, pour ma part, il s’agissait de ma toute première expérience à cet événement, habituellement c’est mon chum qui s’y rend avec notre garçon.

Le 4x4 c’est d’abord un groupe d’amis adeptes de randonnée de « Jeep », de moteur et de boue qui ont décidé de tenir un tel rendez-vous. C’est beaucoup d’argent et de temps investis par le comité pour une seule et même journée… et le risque, le gros risque, c’est la température.

Donc le samedi midi, nous nous sommes préparés; parapluie et imperméable à la main; moi, mon garçon de 11 ans et ma fille de 7 ans pour nous rendre sur les lieux. Il faut savoir que le 4x4 se tient dans un champ, derrière le stationnement de l’aréna de Saint-Cyprien. Dès notre arrivée, on y voit un « pit » où roulottes et voitures majoritairement transformées sont installées depuis la veille.  Une armée de bénévoles (environ 60) est déjà à pied d’œuvre et facilement identifiable par des chandails de la même couleur. Le coût d’entrée de 15$ à la porte et 10$ en prévente, ce qui est dans la moyenne des prix pour les événements du genre. C’est gratuit pour mes enfants qui ont moins de 12 ans.

Le terrain est immense et le choix pour nous asseoir est grand : estrades, remorques fermées, pour les plus prévoyants, ou bien, il est possible d'apporter sa chaise de camping. Cette année, c’est 18 compétiteurs et compétitrices… (eh oui il y a pas mal de femmes) provenant de partout à travers le Québec, et également du Nouveau- Brunswick.

Dès notre arrivée sur le site, nous avons choisi les estrades qui, déjà à 12h30, étaient remplies !

Mon garçon et moi-même avons rapidement été captivés et impressionnés par toutes ses machines… le bruit, les cascades et toutes les heures que ces coureurs peuvent passer à réparer et entretenir celles-ci.

La compétition est simple : chaque coureur(se) doit parcourir la piste en moins de temps possible. Les participants sont séparés en deux classes selon les pneus : la classe pneu 38,5 pcs ou la classe 39 pcs. Je n’ose pas imaginer les frais que cela engendre, mais je suis convaincue que ce sont des passionnés sans aucun doute.

La piste contenait de nombreux obstacles, de la boue, des « jump » comme dirait mon garçon.

Ma plus jeune qui n’a que 7 ans, a aussi passé de bons moments ! Elle était davantage attirée par le clown qui a fait des ballons et des tours de magie. Elle a ensuite été en mesure de devenir le plus beau des lapins qui soit, grâce à une maquilleuse présente sur place. Les jeux gonflables ont eu raison d’elle durant plus d’une heure. Tous les jeunes y étaient grandement présents !

 

Nous avons passé plusieurs heures, à suivre les courses, à faire nos prédictions et suivre les capotages et bris mécaniques. Notons que cette course a fait son chemin au cours des 6 dernières années et possède maintenant une notoriété, puisque, ce n’est rien de moins de 8 000,00$ qui sont remis aux gagnants des différentes classes pour l’édition 2019.

Des spectateurs courageux ont même participé à une course à pied dans la « bouette » !

Les jeunes ont eu droit à quelques « rides » sécuritaires dans les voitures à la fin de la journée.

J’y ai rencontré de nombreuses personnes, des habitués, mais également des gens de Rivière-du-Loup, Dégelis, Trois-Pistoles, Saint-Jean-de-Dieu, avec qui j’ai eu bien du plaisir.

Ce fut pour mes proches et malgré ce que je pouvais penser au préalable, une belle activité familiale et nous avons été épargné par la pluie durant l’après-midi. Je ne vous cacherai pas que j’aime bien l’idée que toutes les recettes soient remises à la Fondation Étoile Daphné ainsi qu’à la Maison des jeunes Là-Ma-Zone de Saint-Cyprien.

En plus, pas besoin d’aimer les voitures ou les 4x4 pour participer à cette activité !

Malgré les invitations, je n’ai pas tenté ma chance de prendre part à la course avec un coureur, mon petit côté « princesse » et sécuritaire…parano ont pris le dessus… mais qui sait, je tenterai peut-être ma chance lors de la prochaine édition à la mi-juin 2020!

Crédit : Allyson Dubé  

 

COMMENTAIRES